Vernissage Ephie GALLO et Pierre GEOFFROY

Gilles Genty, historien de l’art a dit : « la seule matière de la peinture, c’est la lumière ».

C’est avec grand plaisir que les résidents, les exposants et les personnels de la Maison d’Accueil Spécialisé des Molières vous invitent à leur vernissage le vendredi 12 avril à 18h pour découvrir les lumières de deux artistes.

L’exposition sera ouverte tous les jours jusqu’au 22 mai 2019.
Une rencontre mais deux approches différentes fortes en couleurs qui frappent le visiteur.
Deux sensibilités pleines fortes en luminosité qui donnent envie d’aller vers les oeuvres …
Il me semble qu’il faut absolument s’y rendre et se laisser aller : apprécier !

Vendredi 22 mars 2019 : 24ème Festival Méli-Mélo

La Maison d’Accueil Spécialisé des Molières est heureuse de vous inviter au vernissage de l’exposition des œuvres réalisées par les résidents de la M.A.S..
Avec la participation de l’Association ADAGE.

Rendez-vous dès 18h30 Salle Daragon, Maison de la Communauté de Commune du Pays de Limours à Briis-sous-Forges.

 

Inscription sur les listes électorales jusqu’au 16 mai – L’accès au vote des personnes handicapées…

Il est possible de s’inscrire sur les listes électorales en 2019 et de voter en 2019. Pour voter aux élections européennes du 26 mai 2019, il est est possible de s’inscrire sur les listes électorales (communales ou consulaires) jusqu’au 31 mars 2019. Ce délai est repoussé au 16 mai 2019 dans certains cas seulement (Français atteignant 18 ans, déménagement, acquisition de la nationalité française, droit de vote recouvré).

Cliquez sur l’image pour consulter ou télécharger le guide HANDEO – COMMENT FAVORISER L’ACCES AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPEES ?

QUI PEUT VOTER ? (Cf. page 12 du Guide)

La loi du 11 février 2005 reconnait pleinement la citoyenneté des personnes en situation de handicap. Le principe fondamental de cette loi est de permettre aux personnes en situation de handicap d’être des acteurs de leur vie , dans une société qui se veut fraternelle et qui donne les mêmes droits à tous.
Je suis sous curatelle, ai-je le droit de voter ?

Oui, les personnes sous curatelle ont le droit de voter.

Je suis sous tutelle, ai-je le droit de voter ?

Oui, les personnes sous tutelle ont le droit de vote, sauf si le juge le retire : demandez à votre tuteur.

La privation juridique et sociale du droit de vote : Les personnes sous tutelle ont toutes le droit de vote, sauf avis contraire du juge. Cette privation n’empêche pas certaines structures médico-sociales de sensibiliser ces personnes au contexte électoral, aux pratiques de vote et aux résultats des élections.

Cette sensibilisation peut également concerner des personnes qui pourraient être amenées

– à acquérir un droit de vote (le passage à la majorité pour les structures accompagnant des enfants/adolescents/jeunes adultes),
– à retrouver leur droit de vote (notamment dans le cadre de maladie mentale)
– à ne jamais l’obtenir (par exemple des personnes polyhandicapées).

Le retrait du droit de vote ne permet pas à l’ensemble des citoyens de disposer de ce droit. Pourtant, certains établissements et services médico-sociaux ont trouvé des alternatives. Il s’agit de mettre en place les conditions nécessaires à la citoyenneté pour permettre aux personnes déficientes intellectuelles d’exercer leur droit de vote …

 

Concert au profit des Tout-Petits

Samedi 26 mai c’est en l’Eglise Saint Julien le Pauvre que des résidents de la M.A.S. des Molières ont eu la chance et l’honneur d’écouter la pureté de la voix de Madame SESBOUE, soprano qui nous a tous transporté dans ce lieu Mythique où le chant et la musique, en cette place, sont devenus religion et partage. Accompagnée de Michele INNOCENTI au Piano et de son violoncelliste, cet opéra vibrant et touchant, des œuvres de TOSTI, PUCCINI, DEBUSSY ou encore BRAHMS, est devenu magique grâce à la puissance, et l’interprétation de Madame SESBOUE.

Nous tenions à remercier chaleureusement Monsieur et Madame SESBOUE qui ont fait de leur engagement un partage culturel offert à tous et pour tous et dont les bénéfices ont été reversés aux Tout-Petits.

 

Vendredi 25 mais verdnissage à la MAS des Molières exposition jusqu’au 24 juin 2018

Depuis 18 ans, la M.A.S. des Molières permet à ses résidents d’exposer leurs œuvres.

Nos artistes n’en sont pas à leur première exposition et l’évolution de leur technique est palpable.

Leur expression est d’année en année plus fine, plus saisissante. Le visiteur est chaque fois séduit pas l’originalité et la variété des thèmes immortalisés sur les toiles.

Il faut vous y rendre, non pas par fidélité, non pas par soutien ni par amitié ou solidarité mais tout simplement parce que c’est bluffant !

Allez y, vous aimerez  et vous serez conquis !

Baptême en hélicoptère du 24 juin 2017

Témoignage de Natacha, résidente de la M.A.S. des Molières

Ce jour-là, maman arrive très tôt, elle m’embrasse, tout excitée et me dit : « Ma chérie, aujourd’hui c’est un jour très spécial. Tu vas monter pour la première fois dans un hélicoptère ».

C’est quoi un nélicoptère ? J’en ai jamais vu, moi, des nélicoptères, qu’est-ce qu’on fait dans les nélicoptères ?

Je suis prête à partir, assise dans mon fauteuil. Maman pousse le fauteuil, Stéphanie nous accompagne et nous montons dans la voiture. Stéphanie conduit et maman est assise à côté de moi.

Je suis contente. Il fait beau. Je suis bien dans la voiture et j’aime bien me promener en voiture. Mais il faut aller voir ce « nélicoptère ».

Nous arrivons dans un chemin où ça secoue beaucoup. Stéphanie arrête la voiture et nous descendons. Stéphanie et maman parlent beaucoup du « nélicoptère ».

Le papa et la maman de Laurent sont déjà arrivés avec Laurent. Ils descendent de voiture et nous partons ensemble voir le « nélicoptère ».

Nous roulons dans l’herbe, ça secoue beaucoup. Moi je n’aime pas quand ça secoue beaucoup. Laurent ne dit rien.

Nous nous arrêtons, j’entends quelqu’un parler à Maman, puis nous attendons. Il y a du vent, il fait bon et je n’ai pas froid. Nous attendons encore et encore, c’est long d’attendre ! Maman ne dit rien, alors je ne dis rien non plus.

C’est quand même très long, puis des Messieurs nous parlent, je ne comprends pas et j’entends un drôle de bruit.

Alors Maman me dit : « Natacha, tu entends ? L’hélicoptère est arrivé. Laurent va monter dedans avec sa maman ».

Ça fait beaucoup de bruit les « nélicoptères ». De toute façon maman est là je n’aurais pas peur. Puis le bruit devient tout petit et je ne l’entends plus.

Maman me dit : « Ça y est Laurent est parti avec sa maman, ils vont revenir bientôt, et ensuite toi tu vas y monter avec moi. Il y aura aussi un Monsieur avec nous qui va conduire ».

Nous attendons encore, puis j’entends à nouveau le bruit du « nélicoptère ». Laurent et sa maman sont en train de descendre, cela va être à nous.

Quand Laurent et sa maman passent près de nous, ils ont l’air très content.

Maman avance le fauteuil et nous nous approchons de plus en plus du gros bruit. Il y a des gens qui attendent. Maman détache ma ceinture puis deux Messieurs me montent et je suis assise en « l’air ». Puis ils me mettent une ceinture et ferment une porte.

Maman est assise à côté de moi et me met une drôle de chose sur la tête. Elle me dit que « c’est un casque ». J’en veux pas , moi, de ce casque ! « C’est pour te protéger du bruit ». Je ne veux pas, je veux tout entendre !!! Alors maman reprend le casque.

Je suis bien assise, ça fait vraiment beaucoup de bruit. Devant moi, il y a un Monsieur et devant maman, il y a un autre Monsieur. Le bruit est de plus en plus fort.

Oh là, là, mais qu’est ce qui se passe ? Mon ventre se décroche. Mais non, il est toujours là.

Maman me dit : « Accroche toi, Natacha, nous décollons, nous montons dans le ciel. Cela ne va pas durer très longtemps puis nous redescendrons ».

De toute façon je n’ai pas peur. Je suis très bien assise, maman me tient la main, elle n’a pas peur non plus et paraît plutôt contente. Maman dit qu’elle prend des photos, parle de château, de champ, de jardins, de maisons toutes petite

Soudain je penche sur le côté. Qu’est-ce qui arrive ??? Maman m’explique que nous tournons et que nous allons bientôt redescendre. Ça fait très bizarre dans le ventre quand nous descendons. Puis tout s’arrête.

« On est arrivé » me dit maman, nous allons sortir. Les portes s’ouvrent, des messieurs sont là, détachent la ceinture, me portent et me déposent dans mon fauteuil. Puis nous partons avec maman.

Nous attendons encore un peu car Stéphanie et le papa de Laurent vont aussi y monter.

J’entends le bruit qui devient de plus en plus fort. Ça y est ils sont partis.

Moi j’aime bien les « nélicoptères » !!!

Méli Mélo du 9 mars

Depuis bientôt vingt ans la MAS des Molières associe les résidents aux activités locales. Elle crée ainsi une relation d’amitié mais permet aussi une rencontre où s’expriment plusieurs talents : c’est le Méli-Mélo des aptitudes, des compétences, des passions, des expériences, … qu’il est possible de découvrir, exploiter, développer… et de surcroît que l’on peut partager.

S’exprimer est bien l’un des objectifs et nos résidents sont heureux que la MAS ne rate aucune occasion de témoigner de leurs capacités à ce vernissage annuel qui offre aux familles l’opportunité d’une rencontre.

Le 9 mars les bénévoles du Méli-Mélo  pouvaient être fiers de la pérennité de leur action car la fidélité paie par le travail régulier de tous. Une belle soirée ! avec une exposition colorée, des talents divers de l’école du cirque, aux ateliers de chorégraphie …

Le président Thierry LORIN, le Sénateur HUGONET, les Maires de Limours, Madame THIRIET, des Molières  Monsieur LUBRANESKI et les bénévoles avec nos bénévoles engagés Madame TURPIN, chef d’orchestre du Méli-Mélo, Monsieur HUBERDEAU qui est le trait d’union avec  la MAS … tous ont salué le travail des nôtres qui se sont attachés à fixer sur la toile un sentiment ponctuel, un ressenti permanant, un plaisir à dire tout en laissant le promeneur libre de comprendre autrement ce qu’il voit !

Toute l’assistance a largement applaudi les belles prestations prometteuses  des jeunes des associations qu’elles soient sportives avec l’école du cirque et artistiques  dans les chorégraphies qui mettent en avant le travail collectif et d’équipe.

Comme toujours une surprise pour l’œil, un inattendu assuré pour le visiteur.

Voeux 2018 aux Etablissements et Services, aux Familles, équipes, adhérents et donateurs

Madame, Mademoiselle, Monsieur,
Chers Parents, Chers Adhérents,
Chers Membres de nos Équipes,

Voici 30 ans exactement, jour pour jour que je me rends tous les jours à l’association. C’est donc avec une émotion particulière que je m’adresse à vous, aujourd’hui. C’est un anniversaire qui se cumule chaque année à ma correspondance avec vous pour vous présenter mes vœux les plus sincères. Pour 2018, ils ne dérogeront pas à ceux de l’an dernier dans leur forme assez traditionnelle qui tente de revenir sur quelques moments forts de l’année écoulée et annoncent les grands moments déjà connus pour l’année à venir.

Mais, en ce qui me concerne, cette lettre que je vous adresse à tous, je la souhaiterais la plus personnalisée possible. Elle vient annoncer que je quitte mon poste de directeur général, le 28 février prochain. Elle vient vous dire que je passe la main, à mon Adjoint, Monsieur Sébastien LEGOFF, après une période de transition très remplie mais aussi, pleinement agréable. Le temps est venu pour moi de prendre ce qu’on appelle sa retraite et, parait-il, d’avoir un emploi du temps plus chargé !

Je ne serai plus l’interlocuteur que vous pouviez trouver si vous souhaitiez m’interpeler. Je ne serai plus ce directeur privilégié qui tentait de vous répondre, de vous rassurer, de vous renseigner ou de vous éclairer ou expliquer, … au mieux de ce qu’il m’était, j’espère, donné de faire.

Que vous soyez une famille de l’association ou une famille d’ailleurs, en quête d’une information. Que vous soyez le parent, le frère, la sœur, un des grands-parents d’une personne handicapée.
Que vous soyez un représentant d’une administration, d’une collectivité.
Que vous soyez un bénévole offrant du temps aux Tout-Petits ou à une autre association amie.
Que vous soyez une ou un professionnel des Tout-Petits ou d’une autre association rencontrée dans nos partenariats, les colloques, nos tables rondes, nos manifestations diverses.
Que vous soyez une personne handicapée de l’Association ou une personne handicapée qui a croisé un bref ou long temps, ma route aux Tout-Petits.

Tous, je vous salue avec une réelle considération et, je l’avoue volontiers, avec une sincère affection.

Vous avez, accompagné et rempli ma vie professionnelle et ma vie personnelle. Ma femme, Christine et mes enfants, Adrien et Baptiste, ne me contrediront pas sur ce point. Vous comptiez pour moi, tous individuellement. Pour cela, j’aurais aimé personnaliser ces vœux en évoquant un souvenir précis avec chacun d’entre vous. C’est bien impossible, je le garderai donc, en moi, in petto.

Cette lettre ne peut décrire ce que je ressens. J’emporte tout ce que vous vous souvenez de nos rencontres, de nos échanges. J’espère que tout ce que j’ai pu faire, dire, affirmer, suggérer, conseiller, décider, organiser, mettre en œuvre… n’aura jamais fait le moindre tort durable à quiconque. J’espère de tout mon être, que tout ce que j’ai pu imposer de difficile, par ma fonction, aura été, pour tous ceux qui y ont été confrontés, une opportunité pour rebondir et se réaliser mieux encore.

Cette lettre ne peut pas aller vers tous ceux qui ne sont plus là, qui ont pris une autre route, la leur. Elle ne peut aller à la rencontre de tous ceux qui nous ont quittés.

Je pense à des enfants, à des jeunes et des adultes de nos établissements ; à des personnes handicapées des associations amies, à des parents et des familles qui nous ont quittés également ou qui se sont éloignés en espérant commencer autre chose. Oui, je pense à ces familles qui ont continué, plus fortes de ce qu’elles avaient vécu pour entreprendre ou construire, pour s’engager ou se libérer, pour cheminer seules, avec les autres, avec d’autres.

Je pense à tous les professionnels, aux équipes, aux étudiants, aux salariées, à ce qu’ils étaient, ce qu’ils cherchaient et à ce qu’ils sont devenus. A celles et ceux qui nous ont quittés, pour un ailleurs ou pour l’éternité ; au trouble laissé, mais surtout, au souvenir d’une relation forte qui a forgé mon regard et mon être.

Cette lettre va manquer de nombreux destinataires auxquels j’aurais voulu pourtant qu’elle parvienne, pour dire : « je ne t’ai pas oublié, je ne vous ai pas oublié ». Cette lettre veut dire à tous que ce que vous m’avez dit, ce que vous m’avez montré, n’a pas été inutile, ni vain mais a bien contribué à construire dans la nuance et le détail, les objectifs vers lesquels nous nous dirigeons toujours, ensemble ou séparément.

Cette lettre ne dira pas tout. Mais elle affirme que rien n’a servi à rien, que tout peut être une ressource et devenir le capital de notre Espérance à partir duquel des projets peuvent rassembler. C’est dire que la rencontre demeure, se poursuit, et que l’essentiel se trouve bien dans les valeurs que chacun se donne.

Nous, nous en avions de communes :

Celles des Tout-Petits qui ont montré leur force dans la précocité de son action ;
Celles des Tout-Petits qui ont montré leur présence dans la proximité de ses rencontres ;
Celles des Tout-Petits qui ont montré leur finesse dans l’adaptabilité des réponses recherchées ;
Celles des Tout-Petits qui ont montré leurs fondamentaux dans la qualité de l’accompagnement ;
Celles des Tout-Petits qui ont montré leur souci dans la continuité des approches individualisées ;
Celles des Tout-Petits qui ont montré leur respect pour la dignité qui témoigne de l’appartenance à la communauté humaine quelle que soit la différence ou la fragilité des corps et des êtres.

Je ne pouvais vous souhaiter une bonne année 2018, sans rappeler ce qui nous caractérise, ce que nous avons appris de notre expérience et de celles des autres. L’an dernier, j’écrivais, « l’association les Tout-Petits, dans l’univers associatif, poursuit sa trajectoire. Elle brille par son utilité, son originalité, ses spécificités et sa diversité ». Je pressens, mieux encore, je sais, que le Président Thierry LORIN, avec Monsieur LEGOFF entretiendront la flamme, intensifieront son rayonnement.

En 2018, l’année commencera pour nous, par un signe encourageant : l’inauguration des nouveaux locaux du Service de Soins et d’Aide à Domicile des Molières. Cette manifestation est prévue sous le parrainage de Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargée des personnes handicapées. L’Agence Régionale de Santé sera éminemment représentée. Je suis chargé par le Président Thierry LORIN de vous y inviter tous. Nous comptons sur votre présence pour témoigner à ceux qui ne pourront pas se libérer, qui devront rester auprès des enfants, des jeunes et des adultes et résidents de nos établissements et services, que notre vitalité est maximale.

En 2018, l’année se poursuivra par la poursuite de nos engagements au sein des :

  • Comités d’Entente des Associations Représentatives des Personnes Handicapées, Interministériel du Handicap, National Consultatif des Personnes handicapées, du Collectif Polyhandicap, des Commissions des Droits et de l’Autonomie de Paris, des Yvelines et de l’Essonne.
  • Partenariats avec le Groupe Polyhandicap France, le CLAPEAHA, CHEMEA, ses matinales et son Jumbo Run annuel.
  • Contributions de l’Association aux Ateliers « Ethique » du G.P.F., sous la direction d’Emmanuel HIRSCH et de notre Présidente d’Honneur Elisabeth ZUCMAN.
  • Participations aux journées annuelles polyhandicap du Comité Scientifique de l’A.P.-H.P. et du G.P.F. à l’U.N.E.S.C.O., au sein du Conseil d’Etudes Recherches et Evaluation du CESAP, et au Haut Comité pédagogique et scientifique de l’A.P.A.J.H.
  • Tables Rondes des Tout-Petits devenues annuelles depuis les 50 de l’association…
  • Epreuves sportives lors de notre Journée du Sport qui en juin prochain fera se rencontrer pour la septième année consécutive, tous nos établissements, nos équipes, nos bénévoles et les associations partenaires.

En 2018, nos bénévoles, seront à nouveaux sollicités par nos participations aux manifestations locales, courses diverses dans l’Essonne, les Yvelines et le Val de Marne – lors des Foulées Cachanaises (où nous sommes déjà inscrits) ; aux baptêmes de l’air en hélicoptère, en montgolfière ; aux vernissages et expositions régulières d’œuvres réalisées par nos artistes et les artistes locaux…

En 2018, nos donateurs, nous aideront à concrétiser nos projets, nos extensions, les aménagements de nos locaux en lien aux appels à projets auxquels nous répondons et pour lesquels le financement de la part associative ne serait pas possible sans eux.

Vous le constatez, beaucoup est déjà engagé. La continuité associative est au rendez-vous de l’année nouvelle. La mutualisation associative est en place dans les Yvelines, elle s’engage dans l’Essonne. La démocratie sanitaire et médico-sociale est implantée dans tous les établissements. Elle se renforce dans les services de soins et d’aides à Domicile et au Centre d’Accueil Familial Spécialisé. La place des familles est centrale, déterminante. L’expertise parentale doit être reconnue partout. La considération qui doit lui être réservée notamment au sein des Conseils à la Vie Sociale, fait partie du professionnalisme des équipes qui s’engagent dans l’analyse des pratiques et se préparent aux évaluations internes puis externes à renouveler. La mise en place des Contrats d’Objectifs et Moyens (C.P.O.M.) qui révolutionnent la gestion du secteur par un ajustement des dépenses aux recettes lors d’une élaboration budgétaire quinquennale est ainsi programmée sur ces bases affichées.

Chaque année, en vous adressant mes vœux, je vous invite à répondre à l’enquête associative dont les résultats vous sont traditionnellement donnés à l’Assemblée Générale. Voilà une dizaine d’années qu’elle mesure l’évolution des résultats et s’enrichit de nouveaux indicateurs. Une stabilité demeure : un tiers d’entre vous s’applique à répondre. Si en 2018, vous répondiez tous ? Une participation totale serait vraiment un encouragement.

Depuis plusieurs années, la mise en place d’autres questionnaires propres aux accompagnements spécifiques par établissements et services est souhaitée, demandée, attendue. Il s’agit de s’assurer que la démocratie médico-sociale que j’ai évoquée, soit réelle aux Tout-Petits. Elle doit s’envisager auprès des familles mais aussi auprès des enfants, des adolescents et des adultes que vous nous confiés. Ce n’est pas toujours simple à rendre accessible aux enfants, résidents mais cela n’en reste pas moins un devoir à mettre en œuvre par respect et considération.

Chers Parents, Chers Membres de l’Association, il faut répondre à cette enquête annuelle, réclamer dans les C.V.S., l’élaboration de questionnaires nouveaux, de satisfaction, participation, … Il s’agit de mesurer l’évolution des réponses, de préparer l’avenir, tenir compte des observations et suggestions de tous.

Plus que jamais, vous êtes invités à adhérer à l’Association « Les Tout-Petits », à vous exprimer dans notre enquête annuelle. Renseignez-vous, utilisez les outils mis à votre disposition, faites vivre et développer nos tentatives de rapprochement. Pour une plus large entre-aide, une mobilisation plus efficace, faites-nous connaitre. Réclamez nos journaux de services ou d’établissements. Consultez notre site internet : http://www.association-les-tout-petits.org/, partagez les insertions de notre page Facebook : https://www.facebook.com/lestoutpetits et relayez nos informations en vous rendant sur Twitter https://twitter.com/lestoutpetits91

Je rappelle aux familles qui n’ont pas encore ressenti le besoin d’adhérer mais qui envisagent de le faire, qu’il n’y a pas de démarche particulière à suivre. Seul, le paiement d’une cotisation de 25 € valide l’adhésion individuelle pour toute l’année 2018. Elle permet aussi de participer à l’Assemblée Générale, de vous informer des projets et de l’action de l’Association, de désigner les membres du Conseil d’Administration. La loi de finances nous autorise à délivrer des reçus pour permettre une déduction de votre impôt sur les revenus de 66% du don ou de la cotisation. Le saviez-vous ? Cette possibilité qualifiée par certains de « niche fiscale », demeure une aide fondamentale. Si vous voulez être adhérents, je vous remercie de répondre à cet appel en agissant.

Avant de conclure, permettez-moi de revenir quelques instants, sur le début de mon courrier. Je vous informais que le 28 février 2018, je quitterai mes fonctions de Directeur Général. Après ces trois décennies aux côtés des enfants, adolescents, adultes et des familles que nous accompagnons ; auprès des directions, des équipes, je ne me vois pas partir sans dire au revoir. J’ai donc demandé au Président LORIN, la permission d’organiser une soirée festive où vous êtes tous cordialement invités.

Si vous le souhaitez, si vous êtes disponibles, je serais heureux de vous voir répondre à mon invitation. Le Maire des Molières, Yvan LUBRANESKI, a accepté, à ma demande, de mettre la salle du Paradou à disposition et d’animer la soirée qui pourra être dansante si l’envie vous prenait de chanter ou danser comme nous l’avions fait lors des 50 ans de l’Association. D’ores et déjà, je remercie, très sincèrement, Monsieur LUBRANESKI, pour sa gentillesse, la sympathie qu’il me témoigne par sa générosité, le temps et l’énergie qu’il offre.

A cette soirée, je souhaiterais que tous s’amusent. Je vous attendrai, le vendredi 2 février à partir de 18 heures 30 à la salle du Paradou aux Molières. Un buffet vous permettra de repartir restaurés.

Je présente mes meilleurs vœux à toutes les personnes handicapées de nos établissements et services, à toutes les familles que nous accompagnons, à toutes nos équipes et aux personnes qui leur sont chères. Je souhaite une heureuse année à tous les amis des Tout-Petits, à tous ses donateurs et à tous ses partenaires. Le Président, M. Thierry LORIN, la Présidente d’Honneur, Mme le Docteur Elisabeth ZUCMAN, le Conseil d’Administration et tous ceux qui la constituent se joignent à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018.

Soyez assurés, Chère Madame, Chère Mademoiselle, Cher Monsieur, de tout mon dévouement à la cause des enfants, des adolescents et des adultes handicapés de l’Association envers lesquels nous nous sommes tous engagés.

Gérard COURTOIS – Directeur Général

 

Une direction commune pour l’E.E.A.P. et la M.A.S. des Molières, 1er décembre 2017

Ce vendredi 1er décembre, le Président LORIN, Gérard COURTOIS, le Directeur Général et Sébastien LEGOFF ont rencontrés les personnels de la Maison d’Accueil Spécialisé des Molières et les familles et personnels de l’E.E.A.P.

Leur déplacement était nécessaire. La veille au soir Le Conseil d’Administration qui s’était réuni en séance ordinaire, a reçu sur proposition du Directeur Général et invitation du Président, Madame Mary Mc GUINNESS, directrice de la M.A.S. des Molières. Cette dernière a accepté la direction simultanée de la Maison d’Accueil et de l’E.E.A.P. situés également aux Molières.

Le souci était de rassurer les équipes de la M.A.S. que leur directrice ne les abandonne pas. Au contraire. Il a été soulignée, l’action encore inachevée qu’il fallait poursuivre.

Mary Mc GUINESS souhaite favoriser entre les deux établissements la rencontre, le partage des richesses et des ressources des deux importantes structures de l’Essonne. L’apport de l’énergie de l’E.E.A.P. rendra plus dynamique encore la guidance qu’elle a déjà su offrir.

Les valeurs de l’Association me portent, dit-elle, le travail rapproché avec la direction générale me soutient et m’accompagne. Bien sûr que « j’appréhende » car les enfants et adultes sont de faits plus nombreux à connaître autant que les familles … quant aux équipes, aux professionnels, leur nombre doublent ! Mais « cette part de ma mission est celle que je sais le mieux faire ».

Sachant qu’elle sera aidée, soutenue, qu’un adjoint lui sera accordé pour la seconder dans sa tâche, elle se montre confiante, elle sait pouvoir s’appuyer sur la direction générale, elle en a l’expérience et elle se réjouit de pouvoir avancer dans la voie tracée par l’Association.

A l’E.E.A.P., l’échange a été comme à la M.A.S., de proximité et la nouvelle bien accueillie. Plusieurs familles ont pu se libérer pour cette rencontre et leurs questions ont été nombreuses. A toutes les questions des réponses ont été apportées et le directeur général s’est assuré que les personnels puissent questionner librement leurs ressentis après cette attente et la vacance imposée à la tête de l’établissement.

La présidence et la direction générale après cette présentation, après les questions réponses et les témoignages des uns et des autres, parents, personnels, présidente du Conseil à la vie sociale, ont quittés l’E.E.A.P.. Le souhait était de laisser la nouvelle directrice en possibilité de faire connaissance, de rencontrer et d’échanger avec tous librement : une relation de confiance s’est exprimée fortement.

La directrice au terme de sa journée, n’a pas hésité à contacter la direction générale pour dire sa satisfaction à s’engager dans ce nouveau projet ou la mutualisation fera découvrir des possibilités, des moyens nouveaux. Le temps passé seule, avec les cadres présents a été fort, elle a bien perçu l’attachement à l’E.E.A.P. et donc un investissement sincère pour un service à l’épanouissement de tous.

Cette journée du 1er décembre restera marquée dans l’histoire de l’association. Les valeurs de l’Association ont été rappelées et l’attention de chacun, à la M.A.S. à l’E.E.A.P. pour garantir une recherche constante du mieux vivre malgré le polyhandicap. L’objectif est pour la personne elle-même, pour la famille qui l’entoure de son amour, de sa protection, de sa bienveillance mais aussi pour les aidants professionnels qui au jour le jour, ont besoin de la juste dynamique voire même de la dose nécessaire de spontanéité pour offrir le maximum de leurs compétences, de leur savoir-faire, de leur attention, tout ce qui fait deux des professionnels engagés.

Le projet individualisé doit avoir la place centrale à l’E.E.A.P., à la M.A.S., pour assurer une adaptabilité propre à chacun, au plus près de besoins, au cas par cas évidemment afin d’assurer une continuité durable et sécurisante qui fait appel à un professionnalisme entretenu par la formation, l’analyse des pratiques, les évaluations et la démocratie médico-sociale avec notamment le Conseil à la vie Sociale.

Notre Fondatrice, Mme Denise CARRETTE nous a quittés, ce 29 novembre 2017 dans sa 99° année

Madame Denise CARRETTE, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Fondatrice de l’Association Les TOUT-PETITS, est décédée, ce 29 novembre 2017, au cours de sa 99ème année.

C’est à ses enfants, à toute sa famille, aujourd’hui, dans l’épreuve de la séparation que nous adressons nos sincères condoléances.

C’est à elle que nous adressons notre gratitude pour son œuvre initiée avant tous les autres et qui nous permet de nous réclamer des Tout-Petits.

A l’occasion des 50 ans de l’association, reconnue en 1965, après que « la maison des TOUT-PETITS », ait déjà huit ans d’existence, elle nous recommanda à la vigilance.

Plus je continue à vieillir, me disait-elle, plus il m’est fréquent de penser à l’association, aux enfants, à toutes « ces familles » …, à ce que les Tout-Petits sont devenus.

Son message pour l’anniversaire que nous voulions fêter, ne se résumait pas en dix, cinq ou deux attentions essentielles mais en une seule.

La seule qui à ses yeux, aujourd’hui, a de l’importance, est « préserver la dignité ».

Aucune absence d’autonomie, aucune perte de celle-ci, ne doit exclure quiconque de la communauté humanité. La vulnérabilité des enfants, de leurs parents, des accompagnants professionnels est telle que le handicap peut déconcerter, épuiser, amener au pire. Nos enfants, nos adultes sont les plus fragiles parmi les plus fragiles et tout leur environnement humain qu’il soit constitué d’aidants familiaux ou d’aidants professionnels, est lui aussi fragilisé.

Protégeons la dignité, préservons là, c’est le dernier souhait qu’elle me confia pour l’association. Le handicap le plus lourd me renvoyait-elle en voulant absolument me raccompagner jusqu’à la porte de la résidence où elle séjournait ; le handicap le plus lourd, le plus contraignant n’est pas une atteinte à la dignité, c’est le regard des autres voire notre propre regard sur nous-mêmes ou sur notre prochain qui peut la mettre en danger.

Madame la Fondatrice, Madame Denise CARRETTE vraiment vous êtes, avez été et resterez dans nos mémoires une femme hors du commun.

Gérard COURTOIS – Directeur Général des Tout-Petits