Vendredi 25 mais verdnissage à la MAS des Molières exposition jusqu’au 24 juin 2018

Depuis 18 ans, la M.A.S. des Molières permets à ses résidents d’exposer leurs œuvres.

Nos artistes n’en sont pas à leur première exposition et l’évolution de leur technique est palpable.

Leur expression est d’année en année plus fine, plus saisissante. Le visiteur est chaque fois séduit pas l’originalité et la variétés des thèmes immortalisés sur les toiles.

Il faut vous y rendre, non pas par fidélité, non pas par soutien ni par amitié ou solidarité mais tout simplement parce que c’est bluffant !

Allez y, vous aimerez  et vous serez conquis !

Madame le Docteur Lucile Georges-Janet, nous quitte à 90 ans

Madame le Docteur Lucile Georges-Janet était une amie de l’association les Tout-Petits.
Professionnelle impliquée, neuropédiatre, ancien médecin directeur d’établissements médico-sociaux qui succéda à cette mission au Docteur Elisabeth Zucman ; elle a donné sans compter pour la cause des enfants et des familles de personnes polyhandicapées.

Son engagement au Groupe Polyhandicap France était dans la continuité et toute sa vie.

Lorsque notre association, en 2012, a proposé une réflexion sur la fratrie des enfants handicapés, elle n’a pas hésité un instant, à proposer, à son fils Antoine, qui l’a immédiatement accepté, de venir témoigner. Elle avait bien senti que Laurence, son enfant polyhandicapée avait pris une place importante au sein de la famille. Nous dévoiler une part de son intimité familiale ne la gênait pas, si cela pouvait contribuer à mieux repérer les places, les rôles et les interactions entre ceux qui sont dans la proximité du handicap.

Vous vous en souviendrez, vous, les frères et sœurs des personnes handicapées de nos établissements qui avaient participé à cette rencontre. Vous aviez, quelques temps, ressentis le besoin de vous revoir, de parler entre vous, libres un temps à l’écart de vos parents, pour parler entre vous. Il s’agissait de vous entraider, de vous soulager, de vous libérez de non-dits, … de vous parler ou vous taire en vous comprenant … avant que de nous éclairer sur ce que vous aviez compris, vécu, viviez ou peut-être pourriez être encore amenés à vivre …

Madame Georges Janet m’avait dit, après cette rencontre thématique :

« Monsieur Courtois, vous m’avez demandé de venir animer un temps de réflexion pour aider des parents, des professionnels à se soucier de la place de la fratrie qui partage l’amour parental avec un frère ou une sœur handicapée. Avec le témoignage de mon fils Antoine, j’ai découvert, j’ai compris – alors même que ma fille Laurence n’est plus là depuis des années et qu’il est devenu adulte, qu’il a construit sa vie, sa famille, … – j’ai compris que Laurence occupait encore une place insoupçonnée qui fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Laurence a modelé ma relation à l’autre, influée sur notre relation avec Antoine, là où parfois, je pensais, nous pensions, son père et moi, que tout était normal, que tout se passait comme on l’espérait … Je suis venue, ici pour aider à mieux comprendre et j’ai compris quelques-uns des impacts que je n’avais pas identifiés … ».

Alors que je la remerciais du temps accordé, de la mise à jour offerte d’une part de l’intime famille, c’est elle qui remerciait l’association pour les explications que son fils n’aurait pas livrées sans cette rencontre.

Quand Antoine Georges m’a annoncé le décès de Madame Georges Janet, le 9 mai, jour même de ses 90 ans, il a de suite dit combien cette rencontre, à l’association les Tout-Petits, avec des frères et sœurs rencontrés dans le contexte que nous proposions, avait eu de l’importance.

La peine et l’épreuve que vit la famille de Lucile Georges Janet, sont ressenties, aujourd’hui, aussi par ceux qui comme nous, l’ont rencontrée, ont créé un lien spécifique avec elle en apprenant et découvrant plus sur les forces humaines quand elles s’additionnent ou s’opposent. Les Tout-Petits saluent sa mémoire et tous ceux qui comme moi, ont eu la chance de la côtoyer à de nombreuses reprises. Nous mesurons cette séparation qui s’impose à nous. Ce départ fixe le souvenir des paroles, des émotions et des sentiments forts.

Merci à vous, Madame le Docteur Lucile George Janet, merci à votre fils, Antoine qui a perçu que nous avions besoin d’être informés, merci à Laurence sans laquelle ces rencontres n’auraient pas été.

BEAUCE-RUN : 22 avril 2018

 

Laura, résidente de la MAS des Mesnuls, a participé le 22 avril 2018 à la Beauce Run, accompagnée par une équipe de coureurs composée de mineurs isolés du Château des Vaux.
Ces jeunes, acteurs d’un projet autour de la course à pied intitulé « Run in Confiance », se réunissent depuis la rentrée autour de leur passion commune. Celle-ci émane notamment d’un besoin de se retrouver autour de certaines valeurs présentent dans le sport.
Ce weekend, pour la première fois, les jeunes athlètes ont couru avec une joëlette ! D’un naturel curieux et attentionné, les jeunes ont prouvé que le sport n’est pas seulement une épreuve qui s’articule autour de la performance mais bel et bien aussi un vecteur social qui permet d’accomplir de belles choses. Grâce à leur présence, leur bonne humeur, leur sourire, leur esprit d’équipe, leur force de vivre, ils ont fait vivre à Laura un beau moment.
Cette équipe a emmené Laura sur ce trail de 9,5 kilomètres. Elle finit sur le podium, à la 1ere place de la catégorie Joëlette, sur 8 équipages. Laura a été très réceptive et a semblé beaucoup apprécier la motivation et l’enthousiasme de ces jeunes coureurs. Un grand bravo à Laura pour l’émotion partagée et aux jeunes coureurs pour cette performance et ce moment de partage en toute convivialité !

« Chartres pour elles »

Samedi 14 avril, Sandra et Aurélie de la M.A.S. des Mesnuls ont pu participer à la course « Chartres pour elles ».

Cette course solidaire, en faveur de la lutte contre le cancer du sein, a rassemblé près de 800 femmes.

L’équipe pluridisciplinaire de la Maison d’Accueil Spécialisé des Mesnuls ainsi que la mère et la tante d’une résidente se sont élancés avec Sandra, en joëlette, et Aurélie, en fauteuil hippocampe, sur un parcours de 4 kilomètres en centre-ville.
Sandra, Aurélie et toute l’équipe ont apprécié ce moment fort en émotions. Merci à tous les participants : Mme Cheron, Mme Beaurain, Lydie, Blandine, Catherine, Dorine, Mme Guiraud et sa sœur, Lucie.L, Pauline, Tiphaine.

Fête du Sport : 9 juin 2018

Le 9 juin prochain, nous organisons notre fête sportive au complexe sportif de Courcelle (7, ZAC de Courcelle 91190 Gif-sur-Yvette) où se rassemble plus de 200 enfants, adolescents et adultes des « Tout-Petits » et des établissements extérieurs.

Accompagnés des familles, salariés, clubs sportifs et bénévoles, tous les participants peuvent se confronter à de nombreux défis sportifs. Quel que soit la situation, l’âge, le type ou l’importance du handicap, tout le monde peut participer. Athlètes et supporters :

VOUS ETES TOUS LES BIENVENUS !!!

Parents, frères et sœurs, salariés, membres de l’Association, administrateurs, amis des « Tout-Petits », nous avons besoin de vous pour être bénévoles ou accompagnateurs sportifs. Ci-joint un bulletin d’inscription !

Cette septième édition se terminera par un Flash Mob auquel l’ensemble des personnes est invité à participer !

Cette manifestation nécessite un budget important et nous nous permettons de vous solliciter afin de lui donner toute son ampleur (cf. demande de soutien ci-joint). Il est également possible d’effectuer un don en ligne.

Comptant sur votre présence, je vous prie de croire, bien Chers Tous, à mes meilleurs sentiments et à toute ma considération.

Sébastien LEGOFF, Directeur Général

APPEL A CONTRIBUTION – Parents répondez au Questionnaire en ligne – Apportez vos témoignages

Vous avez sans doute rencontré des difficultés pour trouver une solution d’accueil en-dehors de l’école ou d’un établissement pour votre enfant.

Alors que de nombreuses associations se mobilisent pour faire évoluer l’accompagnement des personnes en situation de handicap, associé souvent à une épilepsie, à des troubles du comportement,  un handicap rare,  un handicap complexe, au polyhandicap …il est important que les personnes concernées prennent directement la parole pour partager leurs expériences : refus d’accueil à cause de l’épilepsie, impact sur la vie familiale, professionnelle, etc.

« Les accueils de loisirs sont des temps collectifs essentiels pour les enfants, pour l’équilibre des familles et pour la construction d’une société qui accepte toutes les différences.

Personne n’est préparé à la survenue du handicap dans sa vie. Encore moins lorsqu’il s’agit de son propre enfant. Tout ce qui est conçu comme normal, évident, habituel pour tout parent devient hypothétique dès lors qu’il s’agit d’un enfant en situation de handicap et soumis à un ensemble de démarches d’évaluation, de rendez-vous, de négociations parfois, et de risque permanent de se voir refuser l’accès à ces différents services ou modes d’accueil qui jalonnent la vie de tout enfant, dans notre pays.

Trouver une solution d’accueil pour son enfant en situation de handicap en complément de l’école ou de l’établissement, le mercredi et les vacances, reste, pour beaucoup de parents, un parcours du combattant qui conduit près des 2/3 d’entre eux à cesser ou réduire leur activité professionnelle. Dans la très grande majorité des cas, c’est la mère qui se voit contrainte de renoncer à son parcours professionnel, non pas en raison du handicap de son enfant, mais en raison de l’absence ou de l’insuffisance des modes d’accueil et de prise en charge.

Face à ce constat, la Mission Nationale Accueils de Loisirs et Handicap, lancée en octobre dernier, propose aux familles concernées de contribuer à changer la donne avec pour objectifs :

1. De dresser un état des lieux des besoins des familles
2. D’évaluer le niveau et la diversité de l’offre en accueils de loisirs
3. De formuler des propositions concrètes, et opérationnelles, pour développer l’accès des enfants en situation de handicap aux accueils de loisirs.

Plusieurs outils ont été mis en place, nous vous invitons à les utiliser, et à participer ainsi aux travaux de la Mission ! 

Comment contribuer ?

1. En participant à la consultation nationale du 16 mars au 30 avril
Au travers de cette consultation, les parents sont invités à faire part des répercussions du handicap sur leur vie quotidienne, familiale et professionnelle et à partager leur expérience ou leurs attentes concernant les modes d’accueil en complément de l’école ou de l’établissement. Le questionnaire est anonyme. Les résultats de la consultation seront publiés fin mai et les réponses contribueront aux recommandations qui seront adressées au gouvernement en décembre 2018.

https://ow.cawi.fr/cgi-bin/cawi/Q/bj18034/bj18034.pl

2. Poster son témoignages (vécu, attentes, besoins, expériences réussies ou au contraire difficiles, etc.)

https://fr.surveymonkey.com/r/form-temoignages

3. Contribuez à enrichir la base documentaire
La Mission s’est donnée pour objectif de recenser et de mettre à la disposition des acteurs, les ouvrages, rapports, documents, supports et outils qui traitent de la question de l’accès des enfants en situation de handicap aux accueils de loisirs. Cette base documentaire sera disponible, sur le site internet de la Mission Nationale, à partir de début mars 2018.

https://fr.surveymonkey.com/r/basedoc

Pour plus d’informations, contactez la Mission Nationale Accueils de Loisirs et Handicap sur contact@mission-nationale.fr ou au 0 805 035 800 (appel gratuit)

Voici le lien pour répondre au questionnaire :

https://ow.cawi.fr/cgi-bin/cawi/Q/bj18034/bj18034.pl

Dimanche 8 avril : Particpation de Nicolas à la Guyancourse

Les TOUP’TITS COUREURS ont accompagné Nicolas SEYLLER, résident de la MAS des Mesnuls, pour la GUYANCOURSE ce dimanche 8 avril 2018 (10 kms). 

Ce dimanche était exceptionnel pour Nicolas ! Alors qu’il réside toute l’année dans un établissement, ne peut se déplacer par lui-même, il a pu sortir, profiter d’une véritable course en joëlette, ressentir tant le soleil sur sa peau que l’air sur son corps et les secousses du terrain, du bois, qui l’ont fait sourire. C’était la première fois qu’il vivait cette aventure et découvrait des espaces de forêt escarpée ! Son éducateur l’accompagné, a couru avec lui, a guidé les bénévoles. Les coureurs lui ont transmis beaucoup d’énergie, l’ambiance était encore au rendez-vous et c’est cela qui plait à tous : le partage autour de cette aventure !!

Alors si vous aimez courir, si vous avez deux heures à offrir de temps en temps pour que d’autres enfants et adultes puissent vivre cette expérience n’hésitez pas et contacter les Toup’tits coureurs, vous serez guidé dans vos débuts et manierez bientôt une joëlette sans soucis !


Baptême en hélicoptère du 24 juin 2017

Témoignage de Natacha, résidente de la M.A.S. des Molières

Ce jour-là, maman arrive très tôt, elle m’embrasse, tout excitée et me dit : « Ma chérie, aujourd’hui c’est un jour très spécial. Tu vas monter pour la première fois dans un hélicoptère ».

C’est quoi un nélicoptère ? J’en ai jamais vu, moi, des nélicoptères, qu’est-ce qu’on fait dans les nélicoptères ?

Je suis prête à partir, assise dans mon fauteuil. Maman pousse le fauteuil, Stéphanie nous accompagne et nous montons dans la voiture. Stéphanie conduit et maman est assise à côté de moi.

Je suis contente. Il fait beau. Je suis bien dans la voiture et j’aime bien me promener en voiture. Mais il faut aller voir ce « nélicoptère ».

Nous arrivons dans un chemin où ça secoue beaucoup. Stéphanie arrête la voiture et nous descendons. Stéphanie et maman parlent beaucoup du « nélicoptère ».

Le papa et la maman de Laurent sont déjà arrivés avec Laurent. Ils descendent de voiture et nous partons ensemble voir le « nélicoptère ».

Nous roulons dans l’herbe, ça secoue beaucoup. Moi je n’aime pas quand ça secoue beaucoup. Laurent ne dit rien.

Nous nous arrêtons, j’entends quelqu’un parler à Maman, puis nous attendons. Il y a du vent, il fait bon et je n’ai pas froid. Nous attendons encore et encore, c’est long d’attendre ! Maman ne dit rien, alors je ne dis rien non plus.

C’est quand même très long, puis des Messieurs nous parlent, je ne comprends pas et j’entends un drôle de bruit.

Alors Maman me dit : « Natacha, tu entends ? L’hélicoptère est arrivé. Laurent va monter dedans avec sa maman ».

Ça fait beaucoup de bruit les « nélicoptères ». De toute façon maman est là je n’aurais pas peur. Puis le bruit devient tout petit et je ne l’entends plus.

Maman me dit : « Ça y est Laurent est parti avec sa maman, ils vont revenir bientôt, et ensuite toi tu vas y monter avec moi. Il y aura aussi un Monsieur avec nous qui va conduire ».

Nous attendons encore, puis j’entends à nouveau le bruit du « nélicoptère ». Laurent et sa maman sont en train de descendre, cela va être à nous.

Quand Laurent et sa maman passent près de nous, ils ont l’air très content.

Maman avance le fauteuil et nous nous approchons de plus en plus du gros bruit. Il y a des gens qui attendent. Maman détache ma ceinture puis deux Messieurs me montent et je suis assise en « l’air ». Puis ils me mettent une ceinture et ferment une porte.

Maman est assise à côté de moi et me met une drôle de chose sur la tête. Elle me dit que « c’est un casque ». J’en veux pas , moi, de ce casque ! « C’est pour te protéger du bruit ». Je ne veux pas, je veux tout entendre !!! Alors maman reprend le casque.

Je suis bien assise, ça fait vraiment beaucoup de bruit. Devant moi, il y a un Monsieur et devant maman, il y a un autre Monsieur. Le bruit est de plus en plus fort.

Oh là, là, mais qu’est ce qui se passe ? Mon ventre se décroche. Mais non, il est toujours là.

Maman me dit : « Accroche toi, Natacha, nous décollons, nous montons dans le ciel. Cela ne va pas durer très longtemps puis nous redescendrons ».

De toute façon je n’ai pas peur. Je suis très bien assise, maman me tient la main, elle n’a pas peur non plus et paraît plutôt contente. Maman dit qu’elle prend des photos, parle de château, de champ, de jardins, de maisons toutes petite

Soudain je penche sur le côté. Qu’est-ce qui arrive ??? Maman m’explique que nous tournons et que nous allons bientôt redescendre. Ça fait très bizarre dans le ventre quand nous descendons. Puis tout s’arrête.

« On est arrivé » me dit maman, nous allons sortir. Les portes s’ouvrent, des messieurs sont là, détachent la ceinture, me portent et me déposent dans mon fauteuil. Puis nous partons avec maman.

Nous attendons encore un peu car Stéphanie et le papa de Laurent vont aussi y monter.

J’entends le bruit qui devient de plus en plus fort. Ça y est ils sont partis.

Moi j’aime bien les « nélicoptères » !!!

14 février 2018 : Carnaval aux Tout-Petits à Paris

Le 14 février dernier, déguisements, maquillages, musiques, décorations étaient là pour colorer cette journée de fête. Le déjeuner et le goûter étaient offerts par l’association Abracada-Rêves ainsi qu’une très jolie attention portée à chaque enfant : celle d’offrir le jouet d’un oiseau qui chante, présent très apprécié des enfants et de leurs parents !

Un moment musical autour de comptines et quelques danses a également rassemblés enfants, parents, grands-parents,fratrie et professionnels.

Faisons que ces instants se renouvellent encore pour égayer nos cœurs et nos esprits !

A bientôt donc…Nadège CHOPLAIN